in , , ,

L’alimentation consciente: Le guide complet pour perdre du poids

Tout ce que vous devez savoir pour manger consciemment!

Femme à table qui prend une bouchée avec fourchette

Beaucoup de gens pensent que manger consciemment, c’est manger lentement ou mâcher simplement sa nourriture plus longtemps, simplement parce qu’ils ne savent pas vraiment ce qu’est une alimentation consciente.

Il existe une variété d’approches de l’alimentation consciente, certaines enracinées dans le zen et d’autres formes de bouddhisme, d’autres liées au yoga.

Mais si vous voulez regarder l’alimentation consciente d’une façon simple, on pourrait dire qu’il s’agit d’apprendre à être attentif.

Au lieu de manger sans réfléchir, de mettre de la nourriture dans votre bouche presque inconsciemment, de ne pas vraiment goûter les aliments que vous mangez… vous remarquez vos pensées, sentiments et sensations.

 

Voici les gros titres de cet article :

 

Les faits sur l’alimentation INconsciente

Une fille qui mange inconsciemment

Comme la plupart d’entre nous, vous avez probablement mangé quelque chose ces dernières heures. Et, comme beaucoup d’entre nous, vous ne vous souvenez peut-être pas de tout ce que vous avez mangé, et encore moins de la sensation de le manger.

Selon un rapport publié en 2011 par le ministère américain de l’Agriculture, l’Américain moyen passe deux heures et demie par jour à manger, mais plus de la moitié du temps en faisant aussi autre chose.

Parce que nous travaillons, conduisons, lisons, regardons la télévision ou jouons avec un appareil électronique, nous ne sommes pas pleinement conscients de ce que nous mangeons. Et cette alimentation insouciante, présentant un manque de sensibilisation à la nourriture que nous consommons, peut contribuer à l’épidémie nationale d’obésité et à d’autres problèmes de santé, qui sont malheureusement un réalité de nos jours.

 

Principes de la pleine conscience

  • La pleine conscience, c’est faire délibérément attention, sans porter de jugement, au moment présent.
  • La pleine conscience englobe à la fois les processus internes et les environnements externes.
  • La pleine conscience, c’est être conscient de ses pensées, de ses émotions et de ses sensations physiques dans le moment présent.
  • Avec de la pratique, la pleine conscience développe la possibilité de se libérer des schémas habituels et réactifs de pensée, de sentiment et d’action.
  • La pleine conscience favorise l’équilibre, le choix, la sagesse et l’acceptation de ce qui est.

 

Manger consciemment, c’est:

  • Vous permettre de prendre conscience des possibilités positives et nourrissantes qui s’offrent à vous grâce à la sélection et à la préparation des aliments en respectant votre propre sagesse intérieure.
  • Utiliser tous ses sens en choisissant de manger des aliments qui sont à la fois satisfaisants pour vous et nourrissants pour votre corps.
  • Reconnaître les réactions aux aliments (goûts, aversions ou neutralité) sans porter de jugement.
  • Prendre conscience de la faim physique et des indices de satiété pour guider vos décisions de commencer et de cesser de manger.

 

Quelqu’un qui mange en toute conscience:

  • Reconnaît qu’il n’y a pas de bonne ou de mauvaise façon de manger, mais des degrés variables de sensibilisation à l’expérience de l’alimentation.
  • Accepte que leurs expériences alimentaires sont uniques.
  • C’est une personne qui, par choix, oriente son attention vers l’alimentation moment par moment.
  • Prend conscience de la façon dont ils peuvent faire des choix qui favorisent la santé et le bien-être.
  • Prend conscience de l’interconnexion de la terre, des êtres vivants et des pratiques culturelles et de l’impact de leurs choix alimentaires sur ces systèmes.

 

En mangeant consciemment, vous apprenez à faire attention à :

  • Pourquoi vous avez envie de manger et quels sont les émotions ou les besoins qui pourraient déclencher cette envie de manger.
  • Ce que vous mangez, et si c’est sain ou non.
  • L’apparence, l’odeur, le goût et la sensation des aliments que vous mangez.
  • Comment vous vous sentez quand vous le goûtez, quand vous le digérez et tout au long de la journée.
  • À quel point vous êtes rassasié(e) avant, pendant et après le repas.
  • Vos émotions pendant et après le repas.
  • D’où proviennent les aliments, qui les a cultivés, combien ils ont pu souffrir avant d’être tués, s’ils ont été cultivés biologiquement, combien ils ont été transformés, combien ils ont été frits ou trop cuits, etc.

C’est une habileté, parfois même une forme de méditation, que l’on n’acquiert pas du jour au lendemain. Cela demande de la pratique, et il y aura des moments où vous oublierez de manger consciemment, mais avec de la pratique et de l’attention, vous pouvez devenir très bon à cela.

 

Avantages de l’alimentation consciente

Perdre du poids en mangeant consciemment

Il y a beaucoup d’avantages à manger consciemment. Des études ont montré que le fait de manger en pleine conscience peut réduire la détresse physiologique comme la dépression, l’anxiété, le stress et les comportements alimentaires, y compris la frénésie alimentaire.

Une alimentation attentive a également entraîné une perte de poids chez les personnes obèses et en surpoids.

Les bienfaits d’une alimentation consciente sont étonnants, et il est important de connaître ces avantages lorsque l’on considère la pratique.

Je vais passer en revue quelques-uns des avantages les plus importants, mais à mesure que vous apprendrez la pratique, je suis sûr que vous en trouverez bien d’autres. Bon nombre d’entre eux sont le fruit d’une expérience personnelle, mais bon nombre d’entre eux sont appuyés par la recherche.

Mes avantages préférés :

  • Vous apprenez à manger quand vous avez faim et vous arrêtez quand vous êtes rassasié.
  • Vous apprenez à vraiment goûter la nourriture, et à apprécier le goût des aliments sains.
  • Vous commencez lentement à réaliser que les aliments malsains ne sont pas aussi savoureux que vous le pensiez et qu’ils ne vous font pas sentir très bien.
  • En raison des trois points ci-dessus, vous perdrez souvent du poids si vous faites de l’embonpoint.
  • Vous commencez à trier les problèmes émotionnels que vous avez autour de la nourriture et de l’alimentation. Cela prend un peu plus de temps, mais c’est important.
  • La suralimentation sociale peut devenir moins un problème, vous pouvez manger consciemment tout en socialisant, en vous entraînant et non en mangeant trop.
  • Vous commencez à apprécier davantage l’expérience de manger et, par conséquent, à profiter davantage de la vie, lorsque vous êtes plus présent.
  • Cela peut devenir un rituel de la pleine conscience que vous attendez avec impatience.
  • Vous apprenez comment la nourriture affecte votre humeur et votre énergie tout au long de la journée.
  • Vous apprenez quels aliments vous nourrissent le mieux que ce soit pour votre exercice, votre travail et vos loisirs.
  • Vous apprenez à faire des choix plus sains, contrairement aux régimes amaigrissants, qui peuvent entraîner des sentiments de privation.

Encore une fois, il y a d’autres avantages, mais ce sont parmi les plus importants, d’après mon expérience.

 

Quelle est la différence entre une alimentation consciente et les autres régimes populaires?

Plutôt que de se concentrer sur la limitation des calories ou restrictions d’aliments, l’alimentation consciente fournit un moyen d’améliorer la capacité naturelle de l’organisme à contrôler son comportement alimentaire.

En encourageant la prise de conscience des états émotionnels et des signaux physiologiques, la méditation de la pleine conscience peut augmenter la capacité de reconnaître et de répondre aux indices de bien être normal.

Fondamentalement, il peut aider à changer les habitudes alimentaires non désirées.

 

Comment manger consciemment en 7 étapes simples

  1. Ralentissez le rythme auquel vous mangez. Par exemple, faites des pauses entre chaque bouchée, mastiquez plus lentement, faites une pause pour respirer et évaluez votre sentiment de satiété.
  2. Mangez loin des distractions, comme la télévision, l’ordinateur ou les repas dans la voiture.
  3. Prenez note de la façon dont votre corps vous fait savoir quand il a faim et qu’il est rassasié afin que vous puissiez reconnaître plus facilement ces indices.
  4. Servez-vous de ces indices pour vous guider dans votre décision de commencer et de cesser de manger.
  5. Notez vos réponses à la nourriture (aime, n’aime pas, neutre) sans porter de jugement.
  6. Choisissez de manger des aliments à la fois agréables et nourrissants en utilisant tous vos sens (odorat, goût, vue, son) pendant que vous mangez.
  7. Prenez conscience et réfléchissez aux effets causés par l’insouciance alimentaire (ex : manger par ennui ou tristesse, trop manger au point de se sentir mal à l’aise).

Une fois que vous aurez pris le coup de main, une alimentation consciente deviendra plus naturelle. Ensuite, vous pourrez vous concentrer sur l’application de cette méthode à d’autres repas!

 

Comment manger consciemment en 6 étapes détaillées

Manger avec autant d’attention que pendant une retraite ou un cours de pleine conscience n’est pas réaliste pour beaucoup d’entre nous, surtout avec les familles, les emplois et la myriade de distractions qui nous entourent.

Sans compter que nos amis, notre famille et nos collègues pourraient ne pas avoir la patience de manger avec nous, car nous prenons cinq minutes à chaque bouchée.

Ayez donc un peu de compassion pour vous-même, et pensez à manger de façon formelle et consciente lors des retraites et des occasions spéciales, ainsi qu’à manger de façon informelle et consciente dans votre vie quotidienne.

Les étapes ci-dessous, c’est ce que j’appelle une alimentation consciente « informelle » par opposition à une alimentation consciente formelle. Surtout pendant des périodes de stress ou des périodes ou la nourriture est abondante comme des anniversaires, Pâques ou encore le temps des fêtes, dans lesquels on est plus susceptibles de manger sans réfléchir que consciemment.

Voici six lignes directrices simples à garder à l’esprit pour faire la distinction entre une alimentation inconsciente et une alimentation plus consciente.

 

1. Laissez votre corps rattraper votre cerveau

Homme et femme souriants qui mangent tranquillement

Vous mangez rapidement et continuez même si vous n’avez plus faim en ignorant les signaux de votre corps contrairement à ralentir, manger et s’arrêter lorsque votre corps dit qu’il est plein.

Ralentir est l’une des meilleures façons d’amener notre esprit et notre corps à communiquer ce dont nous avons vraiment besoin pour la nutrition. Le corps envoie au cerveau son signal de satiété après environ 20 minutes, c’est pourquoi nous mangeons souvent trop inconsciemment. Mais, si vous ralentissez, vous pouvez donner à votre corps une chance de rattraper votre cerveau et d’entendre les signaux pour manger la bonne quantité.

Les moyens simples de ralentir consistent à suivre les bonnes manières de votre grand-mère, comme s’asseoir pour manger, mâcher chaque bouchée 25 fois (ou plus), poser la fourchette entre les bouchées, et toutes ces vieilles manières qui ne sont peut-être pas aussi inutiles qu’elles en ont l’air.

Quels sont les moyens de ralentir votre alimentation et d’écouter plus profondément les signaux de votre corps ? Continuez de lire 😉

 

2. Reconnaissez vos signaux de faim

Répondez-vous à un besoin émotionnel ou aux besoins de votre corps ?

Souvent, nous écoutons d’abord notre esprit, mais comme beaucoup de pratiques de la pleine conscience, nous pouvons découvrir plus de sagesse en nous accordant d’abord à notre corps. Plutôt que de simplement manger quand nous recevons des signaux émotionnels, qui peuvent être différents pour chacun de nous, qu’il s’agisse de stress, de tristesse, de frustration, de solitude ou même d’ennui, nous pouvons écouter notre corps.

Votre estomac grogne, manque d’énergie ou se sent un peu étourdi? Trop souvent, nous mangeons quand notre esprit nous le dit, plutôt que notre corps. Une véritable alimentation consciente consiste en fait à écouter profondément les signaux de notre corps concernant la faim.

Demandez-vous : Quels sont les signaux de la faim de votre corps et quels sont les déclencheurs émotionnels de votre faim ?

 

3) Créer des environnements alimentaires sains

Manger seul et au hasard contrairement à manger avec d’autres personnes à des heures et à des endroits précis.

Une autre façon de manger sans réfléchir, c’est d’errer dans les armoires, de manger à des moments et à des endroits aléatoires, plutôt que de penser de façon proactive à nos repas et à nos collations.

Cela nous ralentit d’une part, mais nous empêche d’élaborer des indices environnementaux sains sur ce que nous devons manger et en quelle quantité, et d’autre part, cela nous donne de nouveaux repères pour manger ce qui n’est pas toujours idéal. (Voulez-vous vraiment créer une habitude de manger à chaque fois que vous montez dans la voiture, ou dans d’autres situations ?)

Bien sûr, nous grignotons tous de temps en temps, mais cela peut améliorer la santé de votre esprit et de votre corps, sans parler d’aider grandement votre humeur et votre horaire de sommeil, de manger à des heures et des endroits précis.

Oui, cela signifie de s’asseoir (à table !), mettre de la nourriture dans une assiette ou un bol, ne pas la manger dans le contenant, et utiliser des ustensiles et non nos mains.

Il est également utile de manger avec les autres, non seulement pour partager mais aussi pour établir une connexion saine. Cela permet de vous relaxer également et vous pouvez profiter davantage de la nourriture et de la conversation, et nous prenons nos signaux de notre partenaire de dîner, pas trop ou sous-estimer de l’émotion.

Lorsque nous rangeons nos aliments dans des armoires et dans le réfrigérateur, nous sommes aussi plus susceptibles de manger des portions raisonnables d’aliments sains. Alors pensez à ce qu’il y a autour, à l’endroit où ils se trouvent et à ce qu’ils soient bien visibles.

Si nous limitons notre alimentation à la cuisine et à la salle à manger, nous sommes également moins susceptibles de manger sans réfléchir ou de manger en multitâche. Quand il y a de la nourriture, on en mange. Et la nourriture, qui n’est pas toujours la plus saine, est souvent là pendant les vacances.

Vous n’avez pas besoin de planifier votre alimentation à chaque bouchée, et il est important de faire preuve de souplesse, surtout lors d’occasions spéciales, mais soyez simplement conscient du fait que vous pourriez changer vos habitudes alimentaires à différentes périodes de l’année ou pour différentes occasions.

Et lorsque vous planifiez à l’avance, vous êtes aussi plus susceptible de manger la quantité dont votre corps a besoin à ce moment-là, que de sous-estimer et de vous faire plaisir plus tard, ou de trop manger et de le regretter plus tard.

Le conseil classique est aussi de ne pas faire les courses quand on a faim. Il faut aussi faire attention à nos petites voix intérieures…

Un effet psychologique connu sous le nom de  » licence morale  » a montré que les consommateurs qui achètent du chou frisé sont plus susceptibles de se rendre à la section de l’alcool ou de la crème glacée que ceux qui ne le font pas. Nous semblons penser que notre karma va s’équilibrer et que nous pouvons le « dépenser » en malbouffe, ou autres comportements moins qu’idéaux.

 

4) Comprendre vos motivations

Manger des aliments qui sont réconfortants sur le plan émotionnel contrairement à manger des aliments qui sont sains sur le plan nutritionnel.

C’est un autre équilibre délicat, et idéalement, nous pouvons trouver des aliments nourrissants qui sont aussi satisfaisants et réconfortants.

En mangeant des aliments plus sains et plus variés, nous sommes moins enclins à consommer des aliments réconfortants et plus enclins à savourer des aliments sains, ce qui nous amène à trouver de nombreux aliments satisfaisants sur les plans mental et physique plutôt que quelques-uns seulement.

 

5) Connectez-vous plus profondément avec votre nourriture

Considérer d’où vient l’aliment par opposition à considérer l’aliment comme un produit fini.

À moins d’être un chasseur-cueilleur ou un agriculteur, nous sommes tous devenus de plus en plus déconnectés de notre alimentation au cours des dernières années.

Beaucoup d’entre nous ne se demandent même pas d’où vient un repas au-delà de l’emballage du supermarché. C’est une perte, car manger offre une occasion incroyable de nous relier plus profondément au monde naturel, aux éléments et les uns aux autres.

Lorsque nous faisons une pause pour considérer toutes les personnes impliquées dans le repas qui est arrivé dans votre assiette, depuis les êtres chers (et vous-même) qui l’ont préparé, jusqu’à ceux qui l’ont mis en rayon, à ceux qui ont planté et récolté les matières premières, à ceux qui les ont soutenus, il est difficile de ne pas être reconnaissant et connecté.

Gardez à l’esprit l’eau, le sol et les autres éléments qui ont contribué à sa création lorsque vous vous asseyez pour manger ce que vous mangez. Vous pouvez réfléchir sur les traditions culturelles qui vous ont apporté cette nourriture, les recettes généreusement partagées entre amis, ou apportées d’un endroit lointain et d’une époque pour être transmises dans la famille.

En considérant tout ce qui est entré dans le repas, il devient facile d’éprouver et d’exprimer sa gratitude à toutes les personnes qui ont donné de leur temps et de leurs efforts, aux éléments de l’univers qui ont contribué leur part, à nos amis ou ancêtres qui ont partagé des recettes et même aux êtres qui ont peut-être donné leur vie pour une partie de la création de ce repas.

Avec un peu plus d’attention comme celle-ci, nous pourrions commencer à faire des choix plus judicieux en matière de durabilité et de santé dans notre alimentation, non seulement pour nous, mais pour la planète entière.

 

6) Concentrez-vous sur votre assiette

Manger distrait ou simplement manger ?

Le multitâche et l’alimentation, c’est la recette pour ne pas être à l’écoute des besoins et des désirs de notre corps. Nous avons tous eu l’expérience d’aller au cinéma avec notre sac plein de pop-corn, et avant la fin des bandes annonces de film à venir, nous nous demandons qui a mangé tout notre pop-corn.

Lorsque nous sommes distraits, il devient plus difficile d’écouter les signaux de notre corps au sujet de la nourriture et des autres besoins. Avec votre prochain repas, essayez d’accomplir une seule tâche et de simplement manger, sans écran ni distractions, en plus de profiter de la compagnie avec laquelle vous partagez un repas et une conversation.

Ainsi, bien que les pratiques alimentaires formelles conscientes puissent être ce à quoi nous pensons lorsque nous repensons à un cours ou à une retraite sur la pleine conscience à laquelle nous avons assisté, la réalité est que nous vivons et mangeons dans le monde réel qui est un endroit occupé.
Mais nous pouvons prendre les connaissances acquises de notre pratique formelle pour ralentir, écouter notre corps, faire une chose à la fois et considérer tout ce qui est entré dans notre repas sur une base plus régulière et apporter une attention plus informelle à nos repas quotidiens.

 

La vision de l’alimentation consciente selon une experte

Dr Lilian Cheung, nutritionniste et conférencière à la Harvard T. H. Chan School of Public Health.

Femme mange des fruits santé et souriante

Selon elle, la pleine conscience signifie se concentrer sur le moment présent, tout en reconnaissant et en acceptant calmement ses sentiments, ses pensées et ses sensations corporelles.

 » Les principes de la pleine conscience s’appliquent également à l’alimentation consciente, mais le concept de l’alimentation consciente va au-delà de l’individu. Elle englobe également la façon dont ce que vous mangez affecte le monde. Nous mangeons pour notre santé « , dit le Dr Cheung.

C’est essentiellement le même concept qui a mené à l’élaboration des directives alimentaires américaines de 2015, qui, pour la première fois, tenaient compte de la durabilité des cultures vivrières ainsi que des avantages pour la santé des aliments.

Bien que les choix alimentaires idéaux pour la consommation consciente soient semblables au régime méditerranéen axé sur les fruits, les légumes, les grains entiers, les graines, les noix et les huiles végétales, la technique peut être appliquée à un cheeseburger et aux frites.

En prêtant vraiment attention à la nourriture que vous mangez, vous pouvez vous adonner à ces types d’aliments moins souvent.

Essentiellement, manger consciencieusement, c’est être pleinement attentif à sa nourriture, lorsque vous l’achetez, la préparez, la servez et la consommez. Cependant, l’adoption de cette pratique peut nécessiter plus que quelques ajustements dans votre façon d’aborder les repas et les collations.

Dans le livre « Savor : Mindful Eating, Mindful Life », le Dr. Cheung et son co-auteur, le chef spirituel bouddhiste Thich Nhat Hanh, suggèrent plusieurs pratiques qui peuvent vous y aider, y compris celles énumérées ci-dessous.

 

1. Commencez par votre liste de courses.

Tenez compte de la valeur santé de chaque article que vous ajoutez à votre liste et respectez-la pour éviter les achats impulsifs lorsque vous faites vos achats. Remplissez la plus grande partie de votre panier dans la section des fruits et légumes et évitez les allées centrales – qui sont pleines d’aliments transformés – et les frites et les bonbons au comptoir de la caisse.

 

2. Venez à table avec l’appétit, mais pas quand vous avez très faim.

Si vous sautez des repas, il se peut que vous ayez tellement hâte d’avoir quelque chose dans votre estomac que votre première priorité est de combler le vide au lieu de profiter de votre nourriture.

 

3. Commencez par une petite portion.

Il peut être utile de limiter la taille de votre assiette à neuf pouces ou moins.

 

4. Appréciez votre nourriture.

Faites une pause d’une minute ou deux avant de commencer à manger pour contempler tout ce qu’il a fallu pour apporter le repas à votre table. Exprimez en silence votre gratitude pour l’occasion qui vous est offerte de savourer de délicieux mets et les compagnons avec qui vous les dégustez.

 

5. Apportez tous vos sens au repas.

Lorsque vous cuisinez, servez et mangez vos aliments, soyez attentif à la couleur, à la texture, à l’arôme et même aux sons que les différents aliments produisent pendant leur préparation. Lorsque vous mâchez vos aliments, essayez d’identifier tous les ingrédients, surtout les assaisonnements.

 

6. Prenez de petites bouchées.

Il est plus facile de goûter complètement les aliments lorsque votre bouche n’est pas pleine. Posez votre fourchette ou votre cuillère entre les bouchées.

 

7. Mâchez bien.

Mâchez bien jusqu’à ce que vous puissiez goûter toutes les saveurs de la nourriture. (Vous devrez peut-être mâcher chaque bouchée de 20 à 40 fois, selon l’aliment.) Vous serez peut-être surpris de toutes les saveurs qui sont libérées.

 

8. Mangez lentement.

Si vous suivez les conseils ci-dessus, vous n’empiffrez pas votre nourriture. Consacrez au moins cinq minutes à manger consciemment avant de discuter avec vos compagnons de table.

 

Histoire vécue: Passer d’une alimentation inconsciente à manger consciemment

Témoignage de M. Babauta

Couple heureux qui boit du vin et prépare un repas

Il fut un temps où je me bourrais le visage avec de la malbouffe et de la restauration rapide tous les jours. J’étais en surpoids et en mauvaise santé, accro aux collations et aux aliments frits et gras, et je mangeais sans réfléchir.

Ce n’était pas une façon saine de manger. Ce que j’ai mangé (des cochonneries) en était une grande partie, mais tout aussi grande était la façon dont je mangeais – émotionnellement et sans réfléchir. Ces mauvaises habitudes alimentaires se sont accumulées au fil du temps, après des années de consommation pour socialiser, pour soulager le stress, pour me sentir mieux, pour satisfaire mes envies.

Quand j’ai finalement commencé à changer mes habitudes alimentaires, j’ai réalisé à quel point les choses allaient mal. Je me suis rendu compte à quel point il était difficile de changer, simplement parce que manger comble tant de besoins, et parce que je mangeais surtout sans réfléchir.

Le plus grand changement que j’ai fait: J’ai appris à faire attention. J’ai fait attention à ce que je mangeais, aux textures et aux saveurs, à ce que je ressentais pendant et après le repas. J’ai prêté attention à mes envies de manger, aux émotions qui ont déclenché le repas.

Les changements ont été lents, mais l’attention s’est avérée être le principal changement d’habitude. Une fois que j’ai fait ce changement, d’autres changements se sont finalement produits, après des années d’efforts.

 

Conclusion

Notre relation avec notre alimentation est une notion importante qui reflète notre attitude envers notre environnement et nous-mêmes. En tant que pratique, l’alimentation consciente peut nous amener à prendre conscience de nos propres actions, pensées, sentiments et motivations, et à comprendre les racines de la santé et de la satisfaction.

Avant de manger quoi que ce soit, pensez à la façon dont cet aliment ou ce choix vous aidera, en vous permettant de prendre conscience des possibilités positives et nourrissantes qui s’offrent à vous, grâce à la sélection et à la préparation des aliments en respectant votre propre sagesse intérieure.

La pratique de l’alimentation consciente, nous permet de manger consciemment tout en perdant du poids. De plus, puisque c’est normalement un pratique que nous voudrons conserver, cela permet de maigrir une bonne fois pour toute, car par la suite, vous aurez adopter des meilleures habitudes de vie. 😉

Un commentaire

Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Fruits et amande, densité calorique des aliments

La densité calorique: Comment perdre du poids en mangeant plus

Femme qui se pèse au réveil en sortant du lit

Combien de temps faut-il pour voir les résultats de la perte de poids ?